Article Aucun Le Siamois, Canard de Phuket, journal francophone de Thailande Le Siamois

Le Siamois, Canard de Phuket: informations en français pour les Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui aiment Phuket, la Thaïlande et la culture asiatique en général.

Vous y trouverez des informations en français sur l'ambiance de Phuket, sur la mentalité des francophones qui y vivent, sur les manifestations culturelles, les bons plans, les expériences personnelles des Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui ont tenté l'aventure de Phuket.

Le Siamois, Canard de Phuket, est ouvert à tous ceux et toutes celles qui ont une expérience à partager: touriste, expatrié, coureur d'aventures, pilier de comptoir, femme d'affaire, planteur, plongeur et j'en oublie: tous ces récits, positifs ou non, contribueront à vous donner une idée de la manière dont la vie suit son cours par ici.

Que vous vous intéressiez plus particulièrement à une zone de Phuket - Patong, Kata, Karon, Chalong, Rawai, Nai Harn, Thalang, Cherng Talay, Kamala, Surin, Bang Tao, Nay Yang, Kalim, Ao Makham ou Phuket City - des informations sur ces communautés sont évoquées au fil des différents articles qui nous parviennent: vie de tous les jours, marchés, plongée, femmes, aventures, affaires, bons plans, adresses utiles, carte de l'île, liens vers d'autres sites, restaurants, hôtels, bars, Immigration, Police, Consulats et Ambassades, petites annonces, fêtes, histoire, courrier des lecteurs... Ces différentes rubriques vous offrent les informations en français qui vous permettront peut-être de bien débuter votre nouvelle vie ou préparer vos prochaines vacances dans le paradis tropical de Phuket, bercé par les vagues de la Mer d'Andaman.

Trop peu d'informations en français sur Phuket figurent sur le web. C'est la raison pour laquelle Le Siamois, Canard de Phuket, est né. Dès lors, si vous avez des questions à poser, n'hésitez pas à nous contacter.

P.v.K.

Légalité

Flottille de minibus à vendre, pas cher

Flottille de minibus à vendre, pas cher Une embellie pourrait bientôt alléger les embouteillages qui gâchent le charme de notre paradis tropical. En effet, une application plus dure des lois d'immigration pour les toursites risque d'immobiliser pour un certain temps une grosse partie de la flottille des minibus qui assurent la liaison quotidienne avec les frontières du Royaume.

La nouvelle application de la loi concerne les touristes bénéficiant d'une exemption de visa. C'est de cette manière que je suis arrivé en Thaïlande il y a une bonne quinzaine d'années. A l'époque, si vous vouliez rester plus de 28 jours dans le Royaume, il vous suffisait de sauter dans un minibus (le célèbre visa-run, si mal nommé) à la fin des quatre semaines octroyées par le permis de séjour, de sortir du pays pendant une heure et de vous présenter à l'Immigration où un officier débonnaire tamponnait votre passeport d'un nouveau permis de sejour de quatre semaines. A part l'inconfort de cette sortie mensuelle, rien ne vous empêchait de rester en Thaïlande pendant plusieurs années.

Depuis, un durcissement graduel de l'application de la loi a rendu la vie moins facile pour ceux qui veulent profiter de la Thaïlande sans pour autant en suivre les règlements. Le nombre maximum de permis de séjour consécutifs - pour les touristes bénéficiant d'une exemption de visa - a d'abord été ramené à trois sur une période de six mois. Ceux qui voulaient rester plus longtemps devaient ensuite aller demander un visa "touriste" dans un consulat de Thaïlande à l'étranger. Mais même là, l'octroi du visa n'était plus assuré si le fonctionnaire estimait que le demandeur avait séjourné trop longtemps dans le Royaume, s'il avait des raisons de soupçonner que le solliciteur n'était pas un vrai touriste mais plutôt quelqu'un vivant en Thaïlande sans satisfaire aux critères établis par l'Immigration.

A partir du 13 août prochain, les officiers de l'Immigration n'accorderont plus un deuxième permis de séjour sur base d'une exemption de visa. Ceux qui désireront prolonger leurs vacances au-delà d'un mois devront se rendre dans un consulat thaïlandais à l'étranger pour y demander un visa.
Si on considère également le durcissement dans l'application des règlements de l'Immigration pour ce qui concerne les permis de séjour sur base d'un visa non-ED (étudiant), le nombre de clients pour les visa-runs pourrait décliner au point d'immobiliser une grosse partie de la flotte des minibus.

Peut-on se permettre de rêver? Moins d'embouteillages, moins de dangers publics conduisant comme des malades sans soucis de la sécurité des autres conducteurs ou de leurs propres passagers?
Certains patrons d'agences de voyage estiment que cette application plus dure de la loi ne durera que quelques mois avant que les choses ne se tassent et que la situation ne redevienne "normale"; qu'il ne s'agit comme d'habitude que d'un coup d'esbrouffe qui s'éteindra très vite devant les arguments de ceux qui se plaignent déjà du manque à gagner à venir. Il est vrai que cette décision n'est pas bonne pour les affaires et qu'elle va à contre-courant du "profit-à-tout-prix", qui est partie intégrante de notre charme insulaire paradisiaque.

P.v.K.

24-05-2014

 

Thaïlande Thaïlandais Thaïlandaise Thaï Thaïe Thaïlandaises thaïlandaise thaïlandaises thaïlandais Thaïs Thaïes thaï thaïs thaïe thaïes Phuket information informations francophone francophones belge Belge belges Belges Suisse suisse suisses Suisses Françaises Français françaises française français embouteillages paradis tropical lois immigration toursites minibus frontières exemption visa visa-run permis séjour passeport touriste consulat non-ED étudiant visa-runs dangers publics sécurité conducteurs passagers agences voyage charme insulaire paradisiaque

[32 autres articles dans la rubrique Edito]      [6 autres articles sur le theme Légalité]      [54 autres articles dans le secteur Phuket]

réaction aux articles du siamois

Archives

La Loi est dure mais c'est la Loi

La Loi est dure mais c Il y a quelques mois de cela, alors que je déjeunais dans un de mes établissements favoris, j'ai été sollicité par le patron à propos d'une affaire bizarre. Il avait reçu une lettre d'un organisme officiel, lui demandant de soumettre tous les employés de sa compagnie, lui-même compris, à un dépistage anti-drogues.

[Lire la suite]05-05-2014

Le permis de séjour à l'année sur base d'un visa non-B: ses bûches et ses embûches.

Le permis de séjour à l Quand on travaille en Thaïlande, un des désagréments majeurs est de devoir quitter le territoire tous les trois mois pour un de ces fameux visa runs si mal nommés.

[Lire la suite]23-06-2013

La jungle du travail (première partie)

La jungle du travail (première partie) Les nouveaux venus à Phuket posent souvent des questions, judicieuses ou non, sur l'opportunité et la difficulté à travailler ou ouvrir une affaire dans l'île. S'il est vrai que l'application des lois a été solidement renforcée depuis une dizaine d'années, il n'empêche que cela reste possible pour ceux qui ont vraiment l'envie de faire les choses sérieusement.

[Lire la suite]23-06-2013

La jungle du travail (deuxième partie)

La jungle du travail (deuxième partie) Les nouveaux venus à Phuket posent souvent des questions, judicieuses ou non, sur l'opportunité et la difficulté à travailler ou ouvrir une affaire dans l'île. Voici donc le deuxième volet de l'enquête que le Paris Phuket a publié sur le sujet.

[Lire la suite]23-06-2013

La Suisse a enfin un Consul Honoraire à Phuket

La Suisse a enfin un Consul Honoraire à Phuket L'Ambassade de Suisse à Bangkok a nommé Madame Andréa Kotas Tammathin, résidente de longue date à Phuket, pour y occuper la position de Consul Honoraire.

[Lire la suite]17-06-2013

Vos premiers amis à Phuket

Vos premiers amis à Phuket Il est impossible de rater les panneaux en descendant de l'avion: "Tourist Police - 1155 - Your first friend". Pourtant, bien peu de touristes y prêtent attention et la grosse majorité d'entre eux n'aura jamais besoin des services de ces "premiers amis''.

[Lire la suite]17-06-2013