Article Aucun Le Siamois, Canard de Phuket, journal francophone de Thailande Le Siamois

Le Siamois, Canard de Phuket: informations en français pour les Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui aiment Phuket, la Thaïlande et la culture asiatique en général.

Vous y trouverez des informations en français sur l'ambiance de Phuket, sur la mentalité des francophones qui y vivent, sur les manifestations culturelles, les bons plans, les expériences personnelles des Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui ont tenté l'aventure de Phuket.

Le Siamois, Canard de Phuket, est ouvert à tous ceux et toutes celles qui ont une expérience à partager: touriste, expatrié, coureur d'aventures, pilier de comptoir, femme d'affaire, planteur, plongeur et j'en oublie: tous ces récits, positifs ou non, contribueront à vous donner une idée de la manière dont la vie suit son cours par ici.

Que vous vous intéressiez plus particulièrement à une zone de Phuket - Patong, Kata, Karon, Chalong, Rawai, Nai Harn, Thalang, Cherng Talay, Kamala, Surin, Bang Tao, Nay Yang, Kalim, Ao Makham ou Phuket City - des informations sur ces communautés sont évoquées au fil des différents articles qui nous parviennent: vie de tous les jours, marchés, plongée, femmes, aventures, affaires, bons plans, adresses utiles, carte de l'île, liens vers d'autres sites, restaurants, hôtels, bars, Immigration, Police, Consulats et Ambassades, petites annonces, fêtes, histoire, courrier des lecteurs... Ces différentes rubriques vous offrent les informations en français qui vous permettront peut-être de bien débuter votre nouvelle vie ou préparer vos prochaines vacances dans le paradis tropical de Phuket, bercé par les vagues de la Mer d'Andaman.

Trop peu d'informations en français sur Phuket figurent sur le web. C'est la raison pour laquelle Le Siamois, Canard de Phuket, est né. Dès lors, si vous avez des questions à poser, n'hésitez pas à nous contacter.

P.v.K.

Témoignages

Ca sait masser, un Farang?

Ca sait masser, un Farang? Phuket - Menton: ça marchera peut-être

"Il y a quelques années, je me demandais comment arrondir les fins de mois pendant la basse-saison, quand notre hôtel est presque vide", m'explique Jeff qui dirige le Ban Elephant Blanc à Kata. "J'en ai parlé à Nit, mon épouse, et nous nous sommes dits qu'il y aurait peut-être moyen de bien gagner notre vie en faisant des massages thaïs sur les plages de la Côte d'Azur pendant la saison d'été."

"Afin d'être prêts pour le mois de juin, nous avons commencé à prendre des cours de massage ici à Kata dès le mois de février. Nit y connaissait une masseuse assermentée qui pouvait délivrer des diplômes officiels, garantis par le Gouvenement. Les gens nous demandaient pourquoi nous n'allions pas plutôt faire ça au Wat Po, à Bangkok. Mais le diplôme ici était tout aussi valable. En plus, nous étions sur place. Et puis, la raison principale, c'était qu'ici nous n'étions que trois à suivre les cours (une copine de ma femme nous avait rejoints) tandis qu'au Wat Po, il y a nettement plus d'élèves par prof. Le Wat Po, c'est un peu l'usine tandis qu'ici c'était plutôt artisanal, si vous voyez ce que je veux dire."

"En tout, les cours duraient 150 heures, à raison de deux heures par jour, et coûtaient 7.500 Bahts par personne. On y a tout appris: le massage thaï, le massage à l'huile et la réflexologie (massage des pieds). C'a été très intéressant de découvrir les relations entre les différentes parties du corps et en même temps de pouvoir mieux se comprendre soi-même. Et puis il y avait le respect face à notre professeur qui faisait passer beaucoup d'énergie dans son enseignement. Finalement, nous sommes arrivés au bout de nos peines: quelques semaines après la fin des cours, nos diplômes sont arrivés comme promis, rédigés en thaï et en anglais."

"Le Maire de Menton étant un ami, je suis allé le trouver pour lui demander l'autorisation, pour Nit et moi, d'exercer sur les plages publiques pendant la saison d'été. Il aurait bien voulu me l'accorder mais c'était interdit par la loi et il n'avait aucun pouvoir d'influence là-dessus. Alors je me suis tourné vers les plages privées: leurs propriétaires n'étaient pas trop intéressés car un client qui se fait masser n'est pas en train de consommer au bar de la plage. Les rares qui acceptaient de nous laisser travailler exigeaient 50% des recettes. Or, avec le coût des loyers sur la Côte d'Azur en été et à des conditions pareilles, on aurait perdu de l'argent au lieu d'en gagner."

"Donc le projet est tombé à l'eau, pour l'instant en tout cas. Et puis maintenant, l'hôtel a plus de clients en basse-saison donc je ne reste plus a tourner en rond comme un lion en cage. Cependant, je garde l'idée en tête: je connais une Française qui a étudié au Wat Po et qui tient un salon de massage thaï à Menton: elle prend 50 € de l'heure."

"De toute façon, aucun apprentissage n'est jamais perdu. Grâce à ces cours, j'ai appris à mieux me connaître, à relativiser les choses: je suis devenu beaucoup plus zen"



Réflexions sur la réflexologie

Il y a quelque temps, Valérie décide d'ajouter une corde à son arc. Après un long voyage en Asie et de nombreux séjours en Thaïlande, elle obtient un diplôme de réflexologie au Wat Phra Chetuphon Wimonmangkhalaram mieux connu sous le nom de Wat Po. Elle complète ensuite ses études en suivant des cours à Genève. Voici quelques réflexions de sa part sur ce qu'elle a appris et sa mise en pratique.

"Au Wat Po, le stage est très concentré mais trop court, surtout quand il y a la barrière de la langue. On reste dans un apprentissage manuel... ce qui est déjà super en soi (il faut avouer que les potes sont bien contents de se faire masser les panards). Mais tout cela ne me satisfaisait pas complètement et c'est la raison pour laquelle je suis partie une année sur Genève. Non pas pour faire homologuer mon diplôme thaï car il restera spécifique au Wat Po à jamais. C'est simplement un plus car les Asiatiques sont les maîtres dans l'art du massage. Bref, je pense aussi que c'est un peu l'abattage à Bangkok: des tas de touristes passent le diplôme pour le fun et non pas par conviction. Pour l'avoir également fréquentée, je préfère l'école de Chiang Mai, plus véritable. Mais ça reste une opinion personelle."
 
"A Genève, j'ai pu apprendre toute la face psychologique (approche avec le client, anamnèse...), le côté anatomique où tu apprends tous les mécanismes, les nerfs, les muscles, les couches, les systèmes ( nerveux, lymphatique et j'en passe); l'importance de l'hygiène de vie, la diététique; le type de massage que tu peux pratiquer suivant que tu aies un enfant, un adulte, un vieillard en face de toi comme client; comment créer ton cabinet, l'ambiance que tu vas y apporter (côté zen, rassurant, pro...), la phase de développement commercial. Bref tout ça sera validé par un diplôme qui comporte une partie pratique (acceuil du client, connaissance sur celui-ci, massage) et une autre partie hyper importante ici, qui est l'écrit. Car en Europe, il est nécessaire de connaître tous les mécanismes du corps et de savoir, lorsque tu masses une certaine zone du pied, à quelle partie de ton corps elle correspond (oeil, organes sexuels, coeur, foie, intestin, rein et tout le reste......). Pour clore le tout, tu dois écrire une sorte de mémoire retraçant honnêtement ton parcours et les motivations qui te poussent à travailler dans le bien-être et le don de soi, qui doit être assez crédible pour être validée par l'école."
 
"En ce qui concerne mes expériences en France, elles sont très réduites car je me suis aperçue assez rapidemment que je n'étais pas  assez "équilibrée" ni sereine pour apporter du bien-être professionnellement parlant aux gens, que j'étais une vraie éponge et que je ne savais pas me protéger assez contre le flux de malheurs que les gens viennent te déverser lorsque tu les masses. Et puis pour vivre du métier de réflexologue en France, il faut abattre du pied pendant 8 heures et je ne suis pas sûre que tu apportes le meilleur de toi-même dans ces conditions."





Propos recueillis par P.v.K.

19-06-2013

 

Thaïlande Thaïlandais Thaïlandaise Thaï Thaïe Thaïlandaises thaïlandaise thaïlandaises thaïlandais Thaïs Thaïes thaï thaïs thaïe thaïes Phuket temple, massage cours enseignement professeur Kata diplôme Wat Po Bangkok huile réflexologie pieds Côte Azur Menton plage plages privées salon hôtel zen

[83 autres articles dans la rubrique Articles]      [12 autres articles sur le theme Témoignages]      [11 autres articles dans le secteur Kata-Karon]

réaction aux articles du siamois

Archives

Un grand Roi s'en est allé, sa philosophie reste

Un grand Roi s Son Altesse Royale, le Roi Bhumibol Adulyadej, nous a quittés ce 13 octobre 2016. Son absence se fait déjà sentir, ne serait-ce que par l'afflux de citoyens venus rendre leurs derniers respects au Souverain disparu. Pourtant, sa philosophie nous reste et nous guidera, je l'espère, durant les décénies à venir.

[Lire la suite]15-10-2016

En passant

En passant Belle et dangereuse Un Yak femelle monte la garde au Wat Phranang Sang de Thalang. Comme si son aspect redoutable ne suffisait pas, on lui a ajouté un M16 pour définitivement décourager les gens malintentionnés. Beaucoup d'Européens s'imaginent que la majorité des Thaïlandais pratiquent une religion non-violente.

[Lire la suite]07-07-2013

Le survivant

Le survivant Le bistrot tropical sur la plage, les pieds dans l'eau... qui n'en a pas rêvé. Quand l'an 2000 est arrivé plein de promesses, Chouchou a eu l'occasion de réaliser ce fantasme en faisant l'acquisition du "Rescator" sur la plage de Kata Noï. Il avait payé l'acompte et se préparait à quitter sa Belgique natale pour vivre l'impossible aventure de l'Européen au Pays du Sourire...

[Lire la suite]23-06-2013

C'est au pied de la muraille qu'on voit la maçonne

C Tous ceux qui ont tenu un hôtel, petit ou grand, le savent bien: en cas de panne électrique, de fuites ou de dégradation, il n'y a pas de temps à perdre quand on veut éviter que les hôtes aillent voir ailleurs.

[Lire la suite]19-06-2013

L'autre visage de l'Immigration

L Après une vie de pilote de chasse puis de pilote de bombardier à la Royal Air Force, puis de pilote de ligne sur 747 pour plusieurs compagnies, Keith s'offre pour sa retraite le sloop à bord duquel il fera le tour du monde. Mais voici que Yoko, son épouse, attend un enfant.

[Lire la suite]19-06-2013

Un certain regard...

Un certain regard... Un des plus grands plaisirs pour Christophe, c'est quand un touriste lui écrit qu'il a passé des vacances extraordinaires à Phuket grâce aux informations fournies par Rawai.fr. Lors d'un entretien à bâtons rompus, il m'a raconté comment il avait été amené à créer ce site. "Ca m'a pris vers 10 ou 12 ans.

[Lire la suite]19-06-2013

Les anges gardiens de Chalong

Les anges gardiens de Chalong En cas de catastrophe, d’accident ou de maladie, ils sont là pour intervenir et aider leur prochain, sans distinction de race, de religion, de fortune ou de classe sociale : ce sont les secouristes.

[Lire la suite]17-06-2013

De Bangkok à Miami

De Bangkok à Miami J'ai connu Mem il y a 15 ans: elle avait une quarantaine d'années et traînait alors à Phuket avec pour tout bagage un diplôme de masseuse et des connaissances en remèdes traditionnels de médecine chinoise. Voici son histoire. "Mon ex-mari et moi, nous étions dans les affaires à Bangkok, dans la confection et les tissus.

[Lire la suite]17-06-2013

Une histoire comme on aimerait en entendre plus souvent.

Une histoire comme on aimerait en entendre plus souvent. J'avais rendez-vous avec un pote le premier décembre mais il était allé à l'inauguration d'un nouveau magasin à la lisière de Chalong et Rawaï. J'y suis passé par la suite et ça m'a permis de rencontrer les propriétaires des lieux: Jérémy et son père Gabriel.

[Lire la suite]17-06-2013

Conte de Noël

Conte de Noël Un simple hasard, une décision prise sur un coup de fantaisie peuvent parfois changer le cours d'une vie. Ecoutons donc Blaise qui nous raconte son histoire. "Je parlais sur Skype avec mon fils qui travaille comme informaticien en Nouvelle-Zélande. Il avait deux semaines de vacances et proposait que nous nous rencontrions quelque part.

[Lire la suite]17-06-2013

[Articles antérieurs]