Article Aucun Le Siamois, Canard de Phuket, journal francophone de Thailande Le Siamois

Le Siamois, Canard de Phuket: informations en français pour les Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui aiment Phuket, la Thaïlande et la culture asiatique en général.

Vous y trouverez des informations en français sur l'ambiance de Phuket, sur la mentalité des francophones qui y vivent, sur les manifestations culturelles, les bons plans, les expériences personnelles des Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui ont tenté l'aventure de Phuket.

Le Siamois, Canard de Phuket, est ouvert à tous ceux et toutes celles qui ont une expérience à partager: touriste, expatrié, coureur d'aventures, pilier de comptoir, femme d'affaire, planteur, plongeur et j'en oublie: tous ces récits, positifs ou non, contribueront à vous donner une idée de la manière dont la vie suit son cours par ici.

Que vous vous intéressiez plus particulièrement à une zone de Phuket - Patong, Kata, Karon, Chalong, Rawai, Nai Harn, Thalang, Cherng Talay, Kamala, Surin, Bang Tao, Nay Yang, Kalim, Ao Makham ou Phuket City - des informations sur ces communautés sont évoquées au fil des différents articles qui nous parviennent: vie de tous les jours, marchés, plongée, femmes, aventures, affaires, bons plans, adresses utiles, carte de l'île, liens vers d'autres sites, restaurants, hôtels, bars, Immigration, Police, Consulats et Ambassades, petites annonces, fêtes, histoire, courrier des lecteurs... Ces différentes rubriques vous offrent les informations en français qui vous permettront peut-être de bien débuter votre nouvelle vie ou préparer vos prochaines vacances dans le paradis tropical de Phuket, bercé par les vagues de la Mer d'Andaman.

Trop peu d'informations en français sur Phuket figurent sur le web. C'est la raison pour laquelle Le Siamois, Canard de Phuket, est né. Dès lors, si vous avez des questions à poser, n'hésitez pas à nous contacter.

P.v.K.

Santé

La magie du Bio

La magie du Bio Le bio est un choix de vie et un devoir pour nous-mêmes. Dans un monde où tout file trop vite et où nous ne prenons plus le temps de nous attarder sur les détails, nous glissons sur l’essentiel : la nourriture. Elle est pourtant le nerf de la vie, car il nous faut des aliments sains pour un corps en bonne santé et une vie harmonieuse.

Or, depuis la seconde guerre mondiale, nous produisons une alimentation qui se révèle être une véritable bombe à retardement. Nous avons allumé la mèche en développant de nouvelles technologies de production alimentaire et des produits chimiques (engrais, hormones, pesticides) pour l’agriculture, afin de stimuler sa croissance, augmenter les rendements, accélérer les récoltes et éliminer les insectes nuisibles. Non seulement ces produits ont pollué notre nourriture et celle de toutes les espèces animales, mais ont également souillé le sol, les rivières et les mers. Le résultat sur notre organisme est dramatique et les maladies cardio-vasculaires, cancers divers et dégénérescences mentales gagnent du terrain. Même si nous vivons plus longtemps, nous vivons plus longtemps malades. Mon arrière grand-mère est morte à 101 ans, la grand-mère de mon mari à 104 ans. Combien peuvent s’enorgueillir aujourd’hui de célébrer un siècle de vie et d’aborder le suivant en pleine santé?

Nos habitudes alimentaires sont liées à notre mode de vie et, dans un royaume où il suffit de faire 10 pas pour trouver de la nourriture ou d’aller au coin de son søøy pour trouver 7/11, Family Mart et autres Supercheap ou Tops, nous ne faisons plus l’effort de penser aux produits que nous consommons.

Consommer bio, c’est nous procurer tous les éléments nutritifs nécessaires à notre bon développement, tout en contribuant à augmenter notre espérance de vie. Au détour d’un périple au Parc National de Khao Sok, j’ai découvert la magie de la production d’une telle alimentation, un nectar.

La ferme biologique Thanyamundra (magie de la nourriture)
Il est 6h30, le brouillard envahit la vallée et recouvre les forêts luxuriantes du parc national de Khao Sok. Seules les cimes des arbres semblent capables de transpercer cette brume épaisse. Les premiers rayons du soleil ne font que l’effleurer. Un peu plus tard, le soleil aura raison de cette poche opaque et répandra sa chaleur sur la terre de Thanyamundra. Durant ce laps de temps, ce paysage irréel et intemporel, teinté d’orange et de jaune, semble tout droit sorti d’un rêve. Un monde onirique quasi magique, inconcevable à moins de deux heures de route de Phuket. Ici, nous réapprenons à vivre au rythme de la nature et découvrons comment produire une nourriture naturelle, chargée des éléments nutritifs, vitamines et minéraux indispensables à notre survie et à notre longévité. Nous sommes sur le site de la ferme biologique de Khao Sok Organic Farm Thanyamundra.

La ferme est alimentée par un magnifique ruisseau de montagne, qui s’écoule depuis son sommet. Ondulant au fil des coudes de la rivière Khlong Sok, il s’est chargé en minéraux et son eau pure alimente et rafraîchit les potagers et vergers de la vallée. D’ailleurs, la pompe de la ferme est la première à en prendre l’eau pour irriguer ses cultures.
Autour des 12 hectares de la ferme, ouverte depuis 5 ans, se dressent des milliers d’arbres centenaires, véritable usine verte à oxygène.
La terre y est naturellement riche et pure et permet encore aux vers de terre de s’établir. Ces derniers, en construisant les tunnels de leur royaume souterrain, augmentent l’oxygène du sol et le rendent plus facile à labourer.

Un système parfait pour un équilibre parfait
Pour être sûr que la terre soit réellement saine et libérée, Pierre Larigaldie, le responsable du projet, l’a laissée en sommeil pendant 4 ans, même si les conditions du sol le long du canal étaient déjà excellentes.
Après cette longue période, le travail a enfin pu commencer. Creusant des tranchées profondes (jusqu’à 50 cm et 2 mètres de large), il a ajouté à cette terre meuble charbon de bois, déchets de fibres de coco, feuilles, copeaux de bois, fumier, chaux dolomitique et balles de riz, pour enrichir le sol en matières biologiques et en nutriments et réguler sa température. Cela permet d’avancer le semis et nourrir richement la terre, et favorise l’obtention de meilleures récoltes.

On trouve sur ce magnifique site toutes sortes de légumes locaux ou importés. Les rangées d’aubergines pourpres et blanches s’alignent avec les belles de jour, les haricots verts, les haricots ailés, les concombres amers, les salades romaines, grenadines et feuilles de chêne, le chou et le radis chinois, la menthe poivrée, le basilic thaï et italien. Et autour des rizières verdoyantes, s’étendent bananiers, arbres du fruit de la passion, papayers, manguiers, maïs et champs de canne à sucre.
On retrouve aussi les herbes constituant la base de tout assaisonnement de la cuisine thaïe : coriandre, citronnelle, gingembre, galanga et chili. On les utilise également pour la fabrication de l’”EM”, pour repousser les insectes nuisibles.
Pierre nous explique: “Nous n’utilisons pas de produits chimiques, en dehors de ma propre recette de compost. Et nous améliorons la qualité du sol par la plantation de certains types de légumineuses, comme les haricots et les pois, ce qui augmente naturellement la teneur en azote”.

Les seuls engrais naturels qu’il utilise sont composés d’”EM” naturels (Effective Micro-organism), qu’il fabrique lui-même. Cette tribu de bactéries « amies » (Lactobacillus casei, Saccharomyces cerevisiae, Rhodopseudomonas palustris) se retrouve mélangée avec toutes sortes de fruits du jardin et du sucre.
Il sert également ces EM en boisson à ses poulets 100% biologiques, pour les protéger de la grippe et les inciter à manger davantage. J’en ai moi-même goûté un verre et constaté un goût de jus de légumes un peu aigre.

Ce complément d’éléments nutritifs naturels est si efficace pour les plantes, les animaux, la nature et l’environnement, que le résultat est magnifique : les fruits semblent presque s’animer sous nos yeux et nous susurrer des mantras enchanteurs.

Il est temps de choisir les légumes qui constitueront les ingrédients de base de notre repas et de retrouver le salon cosy du Thanyamundra Resort.
Les salons et les suites de ces villas en teck, d’inspiration thaïlandaise, sont décorés d’objets et d’antiquités parfaitement choisis pour s’harmoniser avec la beauté du lieu. Thanyamundra a été transformée, à partir de la maison d’un entrepreneur allemand, en un véritable havre de paix, offrant le meilleur service d’un hôtel de luxe et une cuisine gastronomique entièrement bio, dans un cadre naturel incroyable.
Ce lieu d’exception est réservé à une vingtaine de clients maximum et offre un lieu de retraite tout à fait exceptionnel pour déconnecter de Phuket. De surcroît, on y dispose d’une piscine olympique (50 mètres de long), caprice du propriétaire, qui ne lésine en rien pour le confort de ses invités.

Les produits de la ferme sont distribués par la société Pura Organic, situé à Thalang. Pierre se déplace lui-même de Khao Sok une à deux fois par semaine pour livrer les produits frais. Vous pouvez également commander sur le site internet www.puraorganic.org les produits les plus divers et vous les faire livrer à domicile.

Aujourd’hui, la ferme biologique Thanyamundra est la seule en son genre dans le sud de la Thaïlande, avec un certificat agricole de la Organic Agriculture Certification Thailand (ACT), qui fait partie du Service International de l’Accréditation Biologique.

Caroline Laleta Ballini

20-06-2013

 

Thaïlande Thaïlandais Thaïlandaise Thaï Thaïe Thaïlandaises thaïlandaise thaïlandaises thaïlandais Thaïs Thaïes thaï thaïs thaïe thaïes Phuket Khao Sok Thanyamundra bio biologique alimentation culture champs organique EM fruits poulets teck luxe cuisine gastronomique

[83 autres articles dans la rubrique Articles]      [6 autres articles sur le theme Santé]      [46 autres articles dans le secteur Thaïlande]

réaction aux articles du siamois

Archives

Planète SIDA

Planète SIDA Les années '70, recueillant les fruits de la révolution sexuelle du mouvement Hippie, furent vraiment une période faste pour les adolescents qui se préparaient à faire leurs "premières armes".

[Lire la suite]23-06-2013

La dengue dans tous ses états

La dengue dans tous ses états Il y a trois ans, ma fille alors âgée de 9 ans, se plaignait de douleurs dans les membres et de maux de tête persistants. Comme en plus elle avait une forte fièvre, je l'ai emmenée à l'hôpital. Aucun doute pour le médecin, il s'agissait de la dengue. Il a ajouté que ma fille avait déjà certainement été infectée une ou deux fois et qu'elle devrait rester en observation à l'hôpital.

[Lire la suite]23-06-2013

Tant qu'on a la santé...

Tant qu Entre les cliniques de luxe, la chirurgie plastique et les copies de médicaments, les choix sont vastes pour ceux qui veulent se remettre en forme ou détruire leur santé. Petit éventail du paradis à l'enfer. Le syndrome du patient anglais Avec ses cliniques rutilantes, Bangkok s’impose comme une nouvelle capitale du tourisme médical.

[Lire la suite]23-06-2013

Massage thaï: pile et face

Massage thaï: pile et face Les massages traditionnels thaïlandais Lorsque l’on parle du massage thaïlandais, nombreux sont les occidentaux qui pensent à certaines pratiques illégales du tourisme sexuel, pratiquées dans des salons dits de coiffure à Bangkok...

[Lire la suite]19-06-2013

Le serpent d'Hypocrite à la sauce de Phuket

Le serpent d Un type m'a sauvé la vie il y a 3-4 ans. On peut dire que ce n'était que normal, qu'il na fait que son boulot. N'empêche, sans lui, je serais mort trop tôt. Ce matin-là, j'ai fait un léger malaise qui m'a laissé sans force, accompagné de nombreux vertiges.

[Lire la suite]17-06-2013

Ying Yang

Ying Yang L’échoppe se tient dans la rue de Talang, au cœur du vieux quartier sino-portugais de Phuket Town, c’est le jardin secretGuan Choon Tong. Depuis trois générations, la famille y soigne la population de Phuket à l’aide de la pharmacopée traditionnelle chinoise. Le gardien des plantes oubliées Depuis plus de 75 ans, la famille de l’herboriste chinois travaille à Phuket.

[Lire la suite]17-06-2013