Article Aucun Le Siamois, Canard de Phuket, journal francophone de Thailande Le Siamois

Le Siamois, Canard de Phuket: informations en français pour les Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui aiment Phuket, la Thaïlande et la culture asiatique en général.

Vous y trouverez des informations en français sur l'ambiance de Phuket, sur la mentalité des francophones qui y vivent, sur les manifestations culturelles, les bons plans, les expériences personnelles des Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui ont tenté l'aventure de Phuket.

Le Siamois, Canard de Phuket, est ouvert à tous ceux et toutes celles qui ont une expérience à partager: touriste, expatrié, coureur d'aventures, pilier de comptoir, femme d'affaire, planteur, plongeur et j'en oublie: tous ces récits, positifs ou non, contribueront à vous donner une idée de la manière dont la vie suit son cours par ici.

Que vous vous intéressiez plus particulièrement à une zone de Phuket - Patong, Kata, Karon, Chalong, Rawai, Nai Harn, Thalang, Cherng Talay, Kamala, Surin, Bang Tao, Nay Yang, Kalim, Ao Makham ou Phuket City - des informations sur ces communautés sont évoquées au fil des différents articles qui nous parviennent: vie de tous les jours, marchés, plongée, femmes, aventures, affaires, bons plans, adresses utiles, carte de l'île, liens vers d'autres sites, restaurants, hôtels, bars, Immigration, Police, Consulats et Ambassades, petites annonces, fêtes, histoire, courrier des lecteurs... Ces différentes rubriques vous offrent les informations en français qui vous permettront peut-être de bien débuter votre nouvelle vie ou préparer vos prochaines vacances dans le paradis tropical de Phuket, bercé par les vagues de la Mer d'Andaman.

Trop peu d'informations en français sur Phuket figurent sur le web. C'est la raison pour laquelle Le Siamois, Canard de Phuket, est né. Dès lors, si vous avez des questions à poser, n'hésitez pas à nous contacter.

P.v.K.

La mer

La Phuket King’s Cup et son armada de volontaires

La Phuket King’s Cup et son armada de volontaires La Phuket King’s Cup et son armada de volontaires La Phuket King’s Cup et son armada de volontaires La Phuket King’s Cup et son armada de volontaires La Phuket King’s Cup et son armada de volontaires La Phuket King’s Cup et son armada de volontaires La Phuket King’s Cup et son armada de volontaires La Phuket King’s Cup et son armada de volontaires

Depuis sa création il y a 25 ans, la régate la plus importante d’Asie du Sud-Est voit une armada de volontaires se dévouer dès 6 heures du matin.

Pourquoi? Pour avoir le plaisir de participer à cette semaine fabuleuse où l’on voit concourir les plus beaux voiliers d’Asie et avoir le privilège d’être conviés aux nombreuses soirées dans les plus beaux hôtels de l’île.

Parmi ces volontaires, les plus chanceux vont sur les bateaux du comité de la course. Comptez 16 volontaires sur 2 bateaux. Ils se partagent le boulot entre chronométrage des voiliers, enregistrement de tous les bateaux présents aux lignes de départ et d’arrivée, drapeaux qui marquent chaque catégorie de bateaux, panneaux donnant les indications de courses. Une armada style équipe de Formule 1 mais sans pit stops.
Bref, ils sont tous sur le pont, souvent en plein soleil, reçoivent un repas style compagnie d’aviation classe “Economy”. Mais bon, tout le monde est d’accord pour le dire: être volontaire pendant la King’s Cup est un privilège!

C’est en m’occupant de la page Facebook https://www.facebook.com/phuketkingscupregatta et du compte Twitter @PhuketKingsCup 2 mois avant la régate que j’ai eu le privilège d’être à la fois sur le “Start Boat” du Comité de la course et dans le Media Centre en fin de journée.
En tout 312 photos et plus de 150 messages postés pendant la semaine: du boulot mais du boulot très cooool en fait et le privilège de suivre la course quasi chaque jour du grand catamaran du comité de la course.
Et surtout, oserais-je l'avouer, avoir le plaisir d’être à toutes les “parties” le soir dès 18h30.

Sur le "Start Boat", deux catégories de volontaires: les “voileux”, souvent des yachties qui se déplacent volontiers de Singapour ou de Langkawi, et les “touristes”, souvent accompagnant leur époux qui “fait la course”, ou qui ont simplement des amis qui ont des relations...
Les nationalités des volontaires sont un peu à l’image des participants à la régate: une majorité d’Australiens, d’Américains et d’Anglais et quelques Européens.

Sur les 1.200 personnes présentes le soir aux “parties”, j’ai recensé 3 Belges: moi et Benoit, mon époux et skipper préféré et un Bruxellois qui lui participait à la course. Il y avait aussi une douzaine de Français et quelques Suisses. Bref, les Anglo-saxons y trônent en maîtres suivis par les Asiatiques de plus en plus nombreux: des Thaïs mais aussi des Chinois et des Japonais.

Dans notre équipe sur le “Start Boat”, j’ai épinglé pour vous une gamine, stéréotype de la nouvelle génération ce qui ne l’empêche pas d’être très attachante d’ailleurs: Lucy McGee.
Née à Liverpool, elle ressemble à pas mal d’ados: la coupe de cheveux version “j’ai utilisé un pétard à mèche ce matin pour me coiffer”, le piercing en dessous de la lèvre, des tatouages un peu partout dont une phrase inscrite un peu plus bas que la taille: “I am embarking on a journey of self discovery... wish me luck” que les amateurs de Shakespeare pourront facilement traduire et en français par “Je m’embarque dans une aventure pour me découvrir moi-même… souhaitez moi bonne chance”. Et là, elle avait embarqué dans tous les sens du termes!

Le matin vers 6 heures, elle a le regard flou de celles qui ont trop fumé ou bu ou les deux. Dès qu’elle embarque sur le catamaran du Comité de la Course, elle pique un roupillon salvateur histoire de pouvoir tenir le coup jusqu’au soir pour la “party” suivante.
Dès le départ des courses vers 9h elle est alerte et prête à la besogne qui l’attend: identifier les bateaux qui sont au départ et surtout les enregistrer avec précision lors de l’arrivée.
5’ de pause = une cigarette! Elle consomme ainsi un paquet de clopes par jour. Heureusement il n’y avait pas d'alcool sur le bateau sauf le dernier jour où nous avons célébré la fin des courses.

Ces ados, volontaires à la régate viennent souvent là par hasard mais ils sont habituelement les plus enthousiastes quoique parfois un peu trop pressés de retourner à terre pour y boire une petite bière… Bref, ils fatiguent plus que les “vieux loups de mer” que nous sommes.

La régate est finie, chacun et chacune va de nouveau vaquer à ses occupations mais on a tous en tête la régate de l’an prochain. On y sera, c’est sûr!

LMM

17-06-2013

 

Phuket King's Cup Regatta régatte voiliers bateaux course jeunes tour du monde tourdumondiste fête fêtes party parties soleil mer

[83 autres articles dans la rubrique Articles]      [2 autres articles sur le theme La mer]      [11 autres articles dans le secteur Kata-Karon]

réaction aux articles du siamois

Archives

Maman les p'tits bateaux...

Maman les p La dixième édition du Phuket Intermational Marine EXhibition, PIMEX pour les intimes, ouvrira ses portes du 21 au 24 mars. Voici une bonne occasion de revenir sur l'évolution du monde de la plaisance en Thaïlande. Depuis la suppression en 2004 des 230% de taxes affectant les navires importés en Thaïlande, Phuket a explosé dans le domaine de la plaisance.

[Lire la suite]19-06-2013

Autour du soleil

Autour du soleil Capitaine au long cours et passionné de voile, Erwann Le Rouzic commande maintenant le Tûranor Planet Solar qui a fait récemment escale à la marina d'Ao Po.

[Lire la suite]19-06-2013