Article Aucun Le Siamois, Canard de Phuket, journal francophone de Thailande Le Siamois

Le Siamois, Canard de Phuket: informations en français pour les Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui aiment Phuket, la Thaïlande et la culture asiatique en général.

Vous y trouverez des informations en français sur l'ambiance de Phuket, sur la mentalité des francophones qui y vivent, sur les manifestations culturelles, les bons plans, les expériences personnelles des Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui ont tenté l'aventure de Phuket.

Le Siamois, Canard de Phuket, est ouvert à tous ceux et toutes celles qui ont une expérience à partager: touriste, expatrié, coureur d'aventures, pilier de comptoir, femme d'affaire, planteur, plongeur et j'en oublie: tous ces récits, positifs ou non, contribueront à vous donner une idée de la manière dont la vie suit son cours par ici.

Que vous vous intéressiez plus particulièrement à une zone de Phuket - Patong, Kata, Karon, Chalong, Rawai, Nai Harn, Thalang, Cherng Talay, Kamala, Surin, Bang Tao, Nay Yang, Kalim, Ao Makham ou Phuket City - des informations sur ces communautés sont évoquées au fil des différents articles qui nous parviennent: vie de tous les jours, marchés, plongée, femmes, aventures, affaires, bons plans, adresses utiles, carte de l'île, liens vers d'autres sites, restaurants, hôtels, bars, Immigration, Police, Consulats et Ambassades, petites annonces, fêtes, histoire, courrier des lecteurs... Ces différentes rubriques vous offrent les informations en français qui vous permettront peut-être de bien débuter votre nouvelle vie ou préparer vos prochaines vacances dans le paradis tropical de Phuket, bercé par les vagues de la Mer d'Andaman.

Trop peu d'informations en français sur Phuket figurent sur le web. C'est la raison pour laquelle Le Siamois, Canard de Phuket, est né. Dès lors, si vous avez des questions à poser, n'hésitez pas à nous contacter.

P.v.K.

Témoignages

Le survivant

Le survivant Le bistrot tropical sur la plage, les pieds dans l'eau... qui n'en a pas rêvé.
Quand l'an 2000 est arrivé plein de promesses, Chouchou a eu l'occasion de réaliser ce fantasme en faisant l'acquisition du "Rescator" sur la plage de Kata Noï. Il avait payé l'acompte et se préparait à quitter sa Belgique natale pour vivre l'impossible aventure de l'Européen au Pays du Sourire... quand les bulldozers sont arrivés pour tout niveler à zéro: son petit bar de rêve, comme ceux de ses voisins, avait été bâti sur un terrain non constructible et faisait de l'ombrage au grand complexe hôtelier situé un peu plus loin.




Un début décourageant

Pour le dédommager partiellement, l'ancien tenancier du "Rescator" lui donna alors un petit local qu'il louait dans une ruelle sans nom et quasiment déserte, située dans les marécages à buffles derrière le Club Med' à Kata. A l'époque, Kata était encore un village: personne ne passait dans la søøy de Chouchou et le rêve partait en miettes. C'est alors que s'ouvrit le "Platinum", le nouveau complexe de Patong qui allait complètement révolutionner la vie nocturne et couler la søøy Bangla. Chouchou, plein de courage, y monta donc un bar avec l'aide de quelques potes. Las, seule une dizaine d'établissements ouvrirent parmi la centaine d'emplacements disponibles. Après quelques semaines sans un seul client, il fallut bien se rendre à l'évidence: le Platinum était un flop total.



Chouchou dégagea avant de perdre toutes ses billes et revint à Kata dans son unité déserte, la queue entre les jambes et le moral dans les chaussettes.

Une double unité venait de se libérer dans sa søøy juste à côté du Kata Orient House, un petit complexe de bungalows monté par un autre Belge inconscient. Et paradoxalement, c'est là que Chouchou rencontra la chance.


Les grandes années
Durant une dizaine d'années, la søøy de Chouchou fut le phare presque obligé de tous les francophones de Kata. Son voisin et lui formaient une sacrée équipe prodiguant ambiance et conseils, délires et sagesse. Les clients de l'un passaient chez l'autre et vice versa, les services s'échangeaient et le bruit commença à courir dans l'île qu'il existait à Kata un noyau francophone d'où la mesquinerie était absente, où on se serrait les coudes, où les fêtes bon enfant alternaient avec des gueules de bois épouvantables...



Aux Français, Belges, Suisses et Québecois fréquentant son bar-restaurant se mêlaient désormais Anglais, Allemands, Australiens et autres Scandinaves sans oublier les Thaïs, attirés par cette atmosphère amicale et cosmopolite empreinte de belgitude rigolarde.

Après le Tsunami qui faillit emporter Chouchou et ses amis alors qu'ils faisaient une ballade dans la baie de Phang Nga, Phuket connut un nouvel essor dans le classement des destinations tropicales les plus prisées. Sa søøy suivit le mouvement: les grands hôtels s'y installèrent, les nouvelles unités envahirent bientôt les moindres parcelles de terrain dont les buffles avaient disparu depuis bien longtemps. Puis son voisin vendit ses bungalows à des Thaïs de Bangkok. La søøy anonyme était devenue une rue portant un nom mais qui avait perdu son âme. Il devenait urgent d'aller voir ailleurs.

Un nouveau départ
Il existe encore à Kata une rue qui n'a pas beaucoup changé. Grâce à son étroitesse et son parcours sinueux, la søøy Koktanode échappe à l'invasion des grands groupes hôteliers. On y trouve encore des petits bars à l'ancienne, de vraies épiceries thaïes, des cantines locales qui ne paient pas de mine, des massages tranquilles et des karaokés hurlants. De nombreux Farangs installés de longue date y cohabitent parmi les familles thaïlandaises qui possèdent les terrains bordant la route depuis des générations. C'est là que Chouchou a déplacé son bar restaurant et c'est là que l'ont suivi tous ceux qui, depuis des années, apprécient sa cuisine, sa sagesse et son humour rabelaisien. Si le lieu a changé, devenu plus intime et plus authentique dans une ruelle vraiment thaïe-thaïe, l'ambiance est toujours la même et les steaks béarnaise sont toujours aussi succulents.

Pour mieux repérer son nouvel emplacement, cliquez sur la carte de Phuket.

Comme Chouchou le dit lui-même: "J'ai survécu à un Tsunami et à un Coup d'Etat militaire. C'est pas un déménagement qui va me faire peur".



P.v.K.

23-06-2013

 

bistrot tropical plage pieds dans l'eau rêvé Chouchou Kata Noï Belgique Pays du Sourire bar rêve Club Med' Platinum Patong Bangla Orient House bungalows monté Belge francophones ambiance conseils délires sagesse services île francophone fêtes gueules bois Français Belges Suisses Québecois bar-restaurant Anglais Allemands Australiens Scandinaves Thaïs cosmopolite belgitude Tsunami baie Phang Nga Phuket destinations tropicales hôtels s'y installèrent Thaïs Bangkok Koktanode hôteliers épiceries thaïes cantines locales massages karaokés Farangs thaïlandaises restaurant cuisine steaks béarnaise

[83 autres articles dans la rubrique Articles]      [12 autres articles sur le theme Témoignages]      [11 autres articles dans le secteur Kata-Karon]

réaction aux articles du siamois

Archives

Un grand Roi s'en est allé, sa philosophie reste

Un grand Roi s Son Altesse Royale, le Roi Bhumibol Adulyadej, nous a quittés ce 13 octobre 2016. Son absence se fait déjà sentir, ne serait-ce que par l'afflux de citoyens venus rendre leurs derniers respects au Souverain disparu. Pourtant, sa philosophie nous reste et nous guidera, je l'espère, durant les décénies à venir.

[Lire la suite]15-10-2016

En passant

En passant Belle et dangereuse Un Yak femelle monte la garde au Wat Phranang Sang de Thalang. Comme si son aspect redoutable ne suffisait pas, on lui a ajouté un M16 pour définitivement décourager les gens malintentionnés. Beaucoup d'Européens s'imaginent que la majorité des Thaïlandais pratiquent une religion non-violente.

[Lire la suite]07-07-2013

Ca sait masser, un Farang?

Ca sait masser, un Farang? Phuket - Menton: ça marchera peut-être "Il y a quelques années, je me demandais comment arrondir les fins de mois pendant la basse-saison, quand notre hôtel est presque vide", m'explique Jeff qui dirige le Ban Elephant Blanc à Kata.

[Lire la suite]19-06-2013

C'est au pied de la muraille qu'on voit la maçonne

C Tous ceux qui ont tenu un hôtel, petit ou grand, le savent bien: en cas de panne électrique, de fuites ou de dégradation, il n'y a pas de temps à perdre quand on veut éviter que les hôtes aillent voir ailleurs.

[Lire la suite]19-06-2013

L'autre visage de l'Immigration

L Après une vie de pilote de chasse puis de pilote de bombardier à la Royal Air Force, puis de pilote de ligne sur 747 pour plusieurs compagnies, Keith s'offre pour sa retraite le sloop à bord duquel il fera le tour du monde. Mais voici que Yoko, son épouse, attend un enfant.

[Lire la suite]19-06-2013

Un certain regard...

Un certain regard... Un des plus grands plaisirs pour Christophe, c'est quand un touriste lui écrit qu'il a passé des vacances extraordinaires à Phuket grâce aux informations fournies par Rawai.fr. Lors d'un entretien à bâtons rompus, il m'a raconté comment il avait été amené à créer ce site. "Ca m'a pris vers 10 ou 12 ans.

[Lire la suite]19-06-2013

Les anges gardiens de Chalong

Les anges gardiens de Chalong En cas de catastrophe, d’accident ou de maladie, ils sont là pour intervenir et aider leur prochain, sans distinction de race, de religion, de fortune ou de classe sociale : ce sont les secouristes.

[Lire la suite]17-06-2013

De Bangkok à Miami

De Bangkok à Miami J'ai connu Mem il y a 15 ans: elle avait une quarantaine d'années et traînait alors à Phuket avec pour tout bagage un diplôme de masseuse et des connaissances en remèdes traditionnels de médecine chinoise. Voici son histoire. "Mon ex-mari et moi, nous étions dans les affaires à Bangkok, dans la confection et les tissus.

[Lire la suite]17-06-2013

Une histoire comme on aimerait en entendre plus souvent.

Une histoire comme on aimerait en entendre plus souvent. J'avais rendez-vous avec un pote le premier décembre mais il était allé à l'inauguration d'un nouveau magasin à la lisière de Chalong et Rawaï. J'y suis passé par la suite et ça m'a permis de rencontrer les propriétaires des lieux: Jérémy et son père Gabriel.

[Lire la suite]17-06-2013

Conte de Noël

Conte de Noël Un simple hasard, une décision prise sur un coup de fantaisie peuvent parfois changer le cours d'une vie. Ecoutons donc Blaise qui nous raconte son histoire. "Je parlais sur Skype avec mon fils qui travaille comme informaticien en Nouvelle-Zélande. Il avait deux semaines de vacances et proposait que nous nous rencontrions quelque part.

[Lire la suite]17-06-2013

[Articles antérieurs]