Article Aucun Le Siamois, Canard de Phuket, journal francophone de Thailande Le Siamois

Le Siamois, Canard de Phuket: informations en français pour les Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui aiment Phuket, la Thaïlande et la culture asiatique en général.

Vous y trouverez des informations en français sur l'ambiance de Phuket, sur la mentalité des francophones qui y vivent, sur les manifestations culturelles, les bons plans, les expériences personnelles des Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui ont tenté l'aventure de Phuket.

Le Siamois, Canard de Phuket, est ouvert à tous ceux et toutes celles qui ont une expérience à partager: touriste, expatrié, coureur d'aventures, pilier de comptoir, femme d'affaire, planteur, plongeur et j'en oublie: tous ces récits, positifs ou non, contribueront à vous donner une idée de la manière dont la vie suit son cours par ici.

Que vous vous intéressiez plus particulièrement à une zone de Phuket - Patong, Kata, Karon, Chalong, Rawai, Nai Harn, Thalang, Cherng Talay, Kamala, Surin, Bang Tao, Nay Yang, Kalim, Ao Makham ou Phuket City - des informations sur ces communautés sont évoquées au fil des différents articles qui nous parviennent: vie de tous les jours, marchés, plongée, femmes, aventures, affaires, bons plans, adresses utiles, carte de l'île, liens vers d'autres sites, restaurants, hôtels, bars, Immigration, Police, Consulats et Ambassades, petites annonces, fêtes, histoire, courrier des lecteurs... Ces différentes rubriques vous offrent les informations en français qui vous permettront peut-être de bien débuter votre nouvelle vie ou préparer vos prochaines vacances dans le paradis tropical de Phuket, bercé par les vagues de la Mer d'Andaman.

Trop peu d'informations en français sur Phuket figurent sur le web. C'est la raison pour laquelle Le Siamois, Canard de Phuket, est né. Dès lors, si vous avez des questions à poser, n'hésitez pas à nous contacter.

P.v.K.

Témoignages

Les anges gardiens de Chalong

Les anges gardiens de Chalong En cas de catastrophe, d’accident ou de maladie, ils sont là pour intervenir et aider leur prochain, sans distinction de race, de religion, de fortune ou de classe sociale : ce sont les secouristes.

















Phuket, perle d'Andaman et paradis du Sud du royaume attire tous les jours de plus en plus de personnes: touristes et nouveaux résidents, Thaïlandais et étrangers. La congestion de la population de la ville impacte le logement et le nombre croissant de véhicules sur les routes entraîne de plus en plus de problèmes de circulation et d’accidents, sans parler des catastrophes naturelles, par nature imprévisibles. Autant de raisons d’entendre chaque jour plus nombreuses les sirènes d’ambulances qui résonnent sur l’île.



Khun «Bird» Vitaya Tantawanit , 41 ans, chef du Phuket Tourist Rescue Center, nous explique la difficulté des tâches de ces secours et pourquoi il a choisi ce travail.

“Je travaille pour les secours depuis 30 ans, dont 8 ans pour le Phuket Tourist Rescue Center. Ma première expérience remonte à l’âge de 9 ans. La maison où j’habitais se trouvait près de la fondation Kusoldharmphuket, une association caritative à Phuket Town. Lorsqu’un accident se produisait, je demandais à accompagner les secours et on me rétribuait avec un bol de soupe de nouilles. J’ai continué à travailler pour eux comme bénévole jusqu’à l’âge de 10 ans puis pour un salaire de 515 bahts par mois. A 15 ans, on m’a augmenté à 1000 bahts. J’étais très fier de ce salaire et très excité de l’annoncer à ma mère. Aider cette fondation pendant des années a sculpté mon cœur avec cette fierté de pouvoir sauver des vies humaines.”


Quelles sont les responsabilités ou les champs d’action du Phuket Tourist Rescue Center et de quels moyens disposez-vous? De qui dépendez-vous?

"Le Phuket Tourist Rescue Center est le premier centre de secours de Phuket et dépend directement de l'OrBorJor (Administration de la Province de Phuket), sous la tutelle du ministère du Tourisme et des Sports. Sa fonction principale est d’aider les touristes et la population en général en cas d’accidents de terre et de mer, sans aucun frais. Nous couvrons les zones de Rawai, Chalong, Kata, Karon et en mer jusqu’à cinq miles nautiques dans les provinces de Krabi et Phang Nga. Nous avons 25 employés salariés du gouvernement. Nous possédons, quatre ambulances, plus une voiture de désincarcération, 2 speed boats et 2 minivans. Nous travaillons 24h/24.”


Quelles sont les compétences et aptitudes des employés du Centre?

“Ils doivent avoir conduit une ambulance ou un bateau pendant au moins 5 années, puis ils doivent passer les diplômes de FR (Fire Rescue), EMTB (Emergency Medical Technical Basics) de technicien médical d'urgence de base (110 heures de pratique sont requises), de lutte contre l’incendie... Enfin il doivent savoir utiliser la radio et suivre un entraînement d’une semaine de sauveteur en mer.”


Travaillez-vous en collaboration avec d’autres départements ou d’autres fondations?

“Notre unité peut travailler avec n’importe quel département ou fondation sur demande. Et nous faisons appel à eux en cas de manque d’effectifs.”


Décrivez-nous votre travail

“Nous travaillons en équipe de 3 personnes. Dans une équipe, il y en a au moins un qui possède son EMTB. Notre travail est basé essentiellement sur les premiers soins.”


En cas de catastrophe naturelle, comme tsunami, tremblement de terre, inondations… qui informe le Centre et qu’êtes-vous censés faire en premier lieu?

“Nous recevons les informations par le Centre météorologique de Bangkok ou par nos volontaires sur le terrain ou tout simplement par la population. De là, nous devons diffuser l’information et informer les différentes autorités concernées.”


Quel est votre salaire?

“Le salaire de base est d’environ 7000 à 8000 bahts auxquels viennent s’ajouter des indemnités, ce qui peut faire un salaire jusqu’à 20 000 bahts.”


Etes-vous assurés?

“Normalement nous avons juste la sécurité sociale au même titre que n’importe quel employé. Les véhicules ne sont pas assurés et en cas d’accident nous devons payer les réparations nous-mêmes.”


Si vous aviez un seul vœu à formuler?

“Je voudrais juste recevoir 25 polos blancs pour mon équipe pour changer les tee-shirts actuels. Mais nous n’avons pas de budget. “


Quels sont les cas les plus fréquents sur lesquels vous ayez à intervenir?

“Les accidents de la route et les gens malades à leur domicile.”


L’histoire la plus triste que vous ayez vécue dans votre travail?

“Normalement tous les cas sont douloureux. Cependant il est vrai que c’est plus touchant et problématique quand il s’agit d’enfants car ils ne peuvent s’exprimer pour nous expliquer comment c’est arrivé ou quel genre de douleur ils ressentent. Mais les expériences les plus tristes sont lorsque nous ne réussissons pas à sauver une personne sur le lieu d’un accident.”


Vous est-il arrivé d’aider la communauté des gitans de la mer de Rawai?

“Ils nous connaissent bien car ils font appel à nous pour un tout et pour un rien. Il nous arrive d’accoucher leurs bébés sur place et d’autres histoires plus drôles. Comme par exemple, l’un d’eux nous appelle un jour prétextant qu’il devait se rendre au Vachira Hospital mais qu’il n’était pas en état de se déplacer. A notre arrivée, nous avons constaté qu’il se portait à merveille: il avait une consultation avec un docteur de l’hôpital mais était trop feignant pour prendre le bus. Comme le service du Centre d’assistance est gratuit... De toutes façons, une fois sur place notre tâche était de l’aider quoi qu’il en soit, cependant au détriment d’un autre cas plus urgent qui arriverait en même temps que celui-là.”


A quel hôpital amenez-vous les victimes?

“Pour les personnes blessées, c’est très important car leur survie dépend de notre décision.
1 Si la personne sait qui elle est et peut s’exprimer, nous lui demandons si elle a une assurance et à quel hôpital elle veut qu’on la conduise.
2 Si la personne blessée n’est pas en mesure de s’exprimer, mais qu’elle est entourée de proches ou de famille, nous leur posons les mêmes questions.
3 Si la personne n’est pas en mesure de s’exprimer et qu’il n’y a aucun de ses proches, nous la conduisons à l’hôpital le plus proche.”


Que pensez-vous des cas de sommes d’argent volées sur les victimes?

“Avant que nous arrivions sur les lieux, nous recevons l’appel de témoins. Nous ne sommes pas les premiers sur les lieux, la population est souvent groupée autour du lieu de l’accident bien avant nous…”


Que pensez-vous de la guerre entre fondations à Bangkok pour la chasse aux cadavres?

“C’est un problème de prestige lié aux différentes couleurs des fondations. C’est le même cas que les étudiants en polytechniques qui se battent car ils appartiennent à différentes institutions et qu’ils ont des uniformes de couleurs différentes.”


Est-ce que ce genre de choses arrive à Phuket?

“Dans le passé, ça arrivait mais pas aussi brutalement qu’à Bangkok. Nous avons mis en place un système de zones pour éviter le problème.”


Que pensez-vous des embouteillages de Phuket?

“Les conducteurs sont négligents, égoïstes et peu concernés.”


Êtes-vous parfois tenté de céder au découragement?

“Je ne me suis jamais découragé, mais je voudrais que les gens comprennent à quel point nous travaillons dur et que nous devons aussi parfois gérer les émotions de la famille et des proches des victimes au moment de nos interventions. Mais nous continuons à aimer notre travail, même si nous ne savons jamais à quoi nous attendre. Quoi qu’il en soit, nous sommes fiers de sauver des vies humaines et nous en obtenons plus de mérite qu’en allant au temple.”


Accordez-vous du temps à votre famille?

“Les femmes doivent faire des efforts pour comprendre leur mari et leur travail de secouriste, qui n’a rien à voir avec d’autres métiers. Comme nous devons être disponibles 24h/24 et que nous ne savons jamais quand nous allons être appelés, ça ne laisse que très peu de place pour la famille.
Il est important de reconnaître le travail des sauveteurs et de les soutenir dans leurs efforts et dans leur sacrifice pour le public. Cela nous réchauffe le cœur et nous donne la force de gérer les cas difficiles. C’est important pour nous de savoir que des personnes s’engagent à nous aider dans tous les cas difficiles et s’impliquent avec nous à Phuket.”


Textes & photos Caroline Laleta Ballini © Le Paris Phuket

17-06-2013

 

secouristes catastrophe accident maladie intervenir race religion fortune Phuket Andaman paradis Sud touristes Thaïlandais étrangers ambulances île Tourist Rescue Center secours fondation Kusoldharmphuket Phuket Town bénévole vies humaines OrBorJor mer Rawai Chalong Kata Karon Krabi Phang Nga désincarcération speed boats bateau Fire Rescue EMTB Emergency Medical Technical Basics médical d\'urgence l’incendie sauveteur premiers soins tsunami tremblement de terre inondations météorologique Bangkok volontaires gitans accoucher bébés sur place Vachira Hospital docteur hôpital chasse aux cadavres

[83 autres articles dans la rubrique Articles]      [12 autres articles sur le theme Témoignages]      [9 autres articles dans le secteur Chalong]

réaction aux articles du siamois

Archives

Un grand Roi s'en est allé, sa philosophie reste

Un grand Roi s Son Altesse Royale, le Roi Bhumibol Adulyadej, nous a quittés ce 13 octobre 2016. Son absence se fait déjà sentir, ne serait-ce que par l'afflux de citoyens venus rendre leurs derniers respects au Souverain disparu. Pourtant, sa philosophie nous reste et nous guidera, je l'espère, durant les décénies à venir.

[Lire la suite]15-10-2016

En passant

En passant Belle et dangereuse Un Yak femelle monte la garde au Wat Phranang Sang de Thalang. Comme si son aspect redoutable ne suffisait pas, on lui a ajouté un M16 pour définitivement décourager les gens malintentionnés. Beaucoup d'Européens s'imaginent que la majorité des Thaïlandais pratiquent une religion non-violente.

[Lire la suite]07-07-2013

Le survivant

Le survivant Le bistrot tropical sur la plage, les pieds dans l'eau... qui n'en a pas rêvé. Quand l'an 2000 est arrivé plein de promesses, Chouchou a eu l'occasion de réaliser ce fantasme en faisant l'acquisition du "Rescator" sur la plage de Kata Noï. Il avait payé l'acompte et se préparait à quitter sa Belgique natale pour vivre l'impossible aventure de l'Européen au Pays du Sourire...

[Lire la suite]23-06-2013

Ca sait masser, un Farang?

Ca sait masser, un Farang? Phuket - Menton: ça marchera peut-être "Il y a quelques années, je me demandais comment arrondir les fins de mois pendant la basse-saison, quand notre hôtel est presque vide", m'explique Jeff qui dirige le Ban Elephant Blanc à Kata.

[Lire la suite]19-06-2013

C'est au pied de la muraille qu'on voit la maçonne

C Tous ceux qui ont tenu un hôtel, petit ou grand, le savent bien: en cas de panne électrique, de fuites ou de dégradation, il n'y a pas de temps à perdre quand on veut éviter que les hôtes aillent voir ailleurs.

[Lire la suite]19-06-2013

L'autre visage de l'Immigration

L Après une vie de pilote de chasse puis de pilote de bombardier à la Royal Air Force, puis de pilote de ligne sur 747 pour plusieurs compagnies, Keith s'offre pour sa retraite le sloop à bord duquel il fera le tour du monde. Mais voici que Yoko, son épouse, attend un enfant.

[Lire la suite]19-06-2013

Un certain regard...

Un certain regard... Un des plus grands plaisirs pour Christophe, c'est quand un touriste lui écrit qu'il a passé des vacances extraordinaires à Phuket grâce aux informations fournies par Rawai.fr. Lors d'un entretien à bâtons rompus, il m'a raconté comment il avait été amené à créer ce site. "Ca m'a pris vers 10 ou 12 ans.

[Lire la suite]19-06-2013

De Bangkok à Miami

De Bangkok à Miami J'ai connu Mem il y a 15 ans: elle avait une quarantaine d'années et traînait alors à Phuket avec pour tout bagage un diplôme de masseuse et des connaissances en remèdes traditionnels de médecine chinoise. Voici son histoire. "Mon ex-mari et moi, nous étions dans les affaires à Bangkok, dans la confection et les tissus.

[Lire la suite]17-06-2013

Une histoire comme on aimerait en entendre plus souvent.

Une histoire comme on aimerait en entendre plus souvent. J'avais rendez-vous avec un pote le premier décembre mais il était allé à l'inauguration d'un nouveau magasin à la lisière de Chalong et Rawaï. J'y suis passé par la suite et ça m'a permis de rencontrer les propriétaires des lieux: Jérémy et son père Gabriel.

[Lire la suite]17-06-2013

Conte de Noël

Conte de Noël Un simple hasard, une décision prise sur un coup de fantaisie peuvent parfois changer le cours d'une vie. Ecoutons donc Blaise qui nous raconte son histoire. "Je parlais sur Skype avec mon fils qui travaille comme informaticien en Nouvelle-Zélande. Il avait deux semaines de vacances et proposait que nous nous rencontrions quelque part.

[Lire la suite]17-06-2013

[Articles antérieurs]