Article Aucun Le Siamois, Canard de Phuket, journal francophone de Thailande Le Siamois

Le Siamois, Canard de Phuket: informations en français pour les Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui aiment Phuket, la Thaïlande et la culture asiatique en général.

Vous y trouverez des informations en français sur l'ambiance de Phuket, sur la mentalité des francophones qui y vivent, sur les manifestations culturelles, les bons plans, les expériences personnelles des Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui ont tenté l'aventure de Phuket.

Le Siamois, Canard de Phuket, est ouvert à tous ceux et toutes celles qui ont une expérience à partager: touriste, expatrié, coureur d'aventures, pilier de comptoir, femme d'affaire, planteur, plongeur et j'en oublie: tous ces récits, positifs ou non, contribueront à vous donner une idée de la manière dont la vie suit son cours par ici.

Que vous vous intéressiez plus particulièrement à une zone de Phuket - Patong, Kata, Karon, Chalong, Rawai, Nai Harn, Thalang, Cherng Talay, Kamala, Surin, Bang Tao, Nay Yang, Kalim, Ao Makham ou Phuket City - des informations sur ces communautés sont évoquées au fil des différents articles qui nous parviennent: vie de tous les jours, marchés, plongée, femmes, aventures, affaires, bons plans, adresses utiles, carte de l'île, liens vers d'autres sites, restaurants, hôtels, bars, Immigration, Police, Consulats et Ambassades, petites annonces, fêtes, histoire, courrier des lecteurs... Ces différentes rubriques vous offrent les informations en français qui vous permettront peut-être de bien débuter votre nouvelle vie ou préparer vos prochaines vacances dans le paradis tropical de Phuket, bercé par les vagues de la Mer d'Andaman.

Trop peu d'informations en français sur Phuket figurent sur le web. C'est la raison pour laquelle Le Siamois, Canard de Phuket, est né. Dès lors, si vous avez des questions à poser, n'hésitez pas à nous contacter.

P.v.K.

Bons Plans

Les bons plans de Céline

Les bons plans de Céline Fan depuis toujours de cette petite ville aux airs tranquilles, Céline y a installé en 2006 son restaurant, le Siam Indigo. Il est logé dans une bâtisse de style sino-thaï au 8 Phang Nga Rd, à deux pas de Thalang Rd et de Dibuk Rd.


















Nous commençons notre tournée par le petit temple installé en face du restaurant : le Wat Sang Tam Shrine. Même en cours d’embellissement, c’est un vrai havre de paix. Une à deux fois par an, Céline aime y faire ses dévotions.
«Ça m’apaise», me dit-elle dans un murmure.
















Un peu plus loin, du même côté de la rue, se trouve South Wind Books, un des plus anciens bouquinistes du centre-ville. Il offre un large choix de publications dans toutes les langues.













Sur Yaowarat Rd nous faisons un arrêt devant ces deux devantures d’artistes peintres, presque voisines. Pour l’anecdote: «Avant ils étaient marié; depuis leur divorce, il lui verse une pension alimentaire pour les chiens! Phuket, c’est un peu Dallas.». Sur l’une des portes est accroché un panneau : PORTRAIT, 1499 bahts.











Deux ou trois boutiques plus loin, au no 39: « C’est ma coiffeuse. 380 baths la coupe ou 150 baths pour un brushing sur cheveux courts. Elle coupe très bien les cheveux ».









Nos pas nous mènent ensuite sur Krabi Rd, devant les grilles d’une superbe bâtisse sino-coloniale. C’est le musée Tai Hua, qui retrace de façon très intéressante l'implantation de la communauté chinoise de Phuket, du temps des mines d'étain, au XIXème siècle. "Il met en scène l’art et la culture de Phuket, c’est un très beau musée! J’ai un petit creux, on va s’acheter des crêpes?".










Sur le chemin des crêpes, elle nous montre la boutique où elle a fait fabriquer les rideaux du restaurant : «Super pas cher, super bien fait et super rapide». Bon, il me faut préciser une chose: Céline parle très bien Thaï, ce qui facilite beaucoup la communication!








Toujours sur Yaowarat Rd, nous sommes arrivés devant notre marchande de crêpes : A Pong Mae Sunee. C’est dans le bas du søøy Soon Utis, côté rue. La jeune femme, masquée, prépare notre commande sous nos yeux. Elle fait cuire sa pâte dans 6 petites poêles posées sur de mini-réchauds en terre. Une fois la cuisson terminée, elle les roule. « C’est tout léger, tout fin et très bon, 3 baths l’une ou 7 pour 20 baths. Si vous voulez goûter, il faut venir dans la matinée, car dès que sa pâte est finie, elle tire le rideau».






Il est encore un peu tôt pour déjeuner, quel dommage! Nous sommes devant le Lock Tien. Ce restaurant sur rue est réputé pour servir des spécialités culinaires de Phuket. Cuisinières et cuisiniers s’activent à des préparations odorantes dans un cadre d’une propreté extrême. Sur les panneaux, les prix des divers plats sont affichés : entre 30 et 45 baths. « Dès l’ouverture c’est toujours plein, il a très bonne réputation, c’est un plaisir d’y déjeuner ».








«10h, c’est l’heure du café ! On va aller chez Lek, Casa 104 ». L’endroit est plein de charme, cosy et tranquille. C’est un bar, restaurant, guest house de 4 chambres (1200 baths/nuit). Céline assure la visite, c’est une habituée du lieu. La pièce principale est tout de rouge vêtue. Il y a des fleurs partout. Face au bar, quelques tables, un fauteuil aux coussins magnifiques et dans le prolongement, vers le jardin intérieur, les 4 petites chambres. Au 1er étage on peut louer, pour le dîner d’un soir ou le banquet d’une vie, une vaste pièce dont l’ambiance surannée rappelle celle d’une salle à manger du début du siècle dernier.









Arrêt au Dibuk, mais les portes sont encore fermées... « le Dibuk: tous les expatriés francophones connaissent ce restaurant français du centre-ville de Phuket ». Installé depuis très longtemps au 69 Dibuk Rd, cet endroit est une institution. (11h-23h30)








Poursuivons notre promenade. Nous arrivons devant les vitrines du dernier arrivé dans le quartier : HI.SO. C’est un Français, Marc, qui vient d’ouvrir ce magasin de décoration au 169 Yaowarat Rd (081 090 3100). Il nous explique qu’il assure le design des lampes et des objets exposés, mais que la fabrication est faite en Indonésie. La gamme de prix est étendue, de 59 baths pour une boîte de sable, à 55 000 baths pour un bar en bois de récup’, provenant d’une barque de pêcheur indonésien.








Nous sommes arrivés devant le restaurant Kopitiam. C’est au 18 Thalang Rd, jouxtant la pharmacie chinoise. « Vous avez faim ? C’est ma cantine de prédilection, je mange souvent le même plat, j’adore leur tofu ». On est connu et reconnu. Nous nous attablons à l’une des deux tables à l’extérieur. Les présentoirs et les murs affichent des cartes postales en noir & blanc du vieux Phuket, ou de scènes de vie de la famille royale dans les années soixante. Le lieu est plein de charme, le déjeuner excellent. « Un petit dessert ? ».





Nous voilà repartis pour le soi Soon Utis. C’est là qu’est installée La Reine du Cookie de Ta Kua Pa. La fabrique se situe au bout de la petite ruelle, à gauche, au no 14. Fabrication, emballage et vente sont faits sur place, à la main. « La fabrication est assurée au jour le jour, c’est délicieux ». C’est vrai ! Ces chinese cookies sont de jolis petits gâteaux blonds et tous ronds, 8 ou 10, emballés de papier de soie dans une boîte de carton blanc, tendance Zen. 40 baths la boîte, 125 baths les 3… logique! (Ouvert 7/7 de 7 à 21h, tél : 076 258 050)






Après un bon déjeuner et des cookies au dessert, l’envie d’un café nous reprend. Au bout de la rue Yaowarat, la Siam Bakery nous tend les bras. Ce n’est pas très loin, nous voilà repartis sous une chaleur de plomb. En aparté, Céline converse avec son encadreur: « Le pauvre Monsieur est très inquiet, son vieux compagnon de toujours, son mainate perd la vue ».








A l’angle des deux rues, face à nous, au no 16, se trouve le Restaurant Sin Seng Leong. Il fait très « bistrot du coin », ambiance tranquille et sympa avec pour distraction le spectacle de la rue.





Nous sommes installés à l'intérieur de la Siam Bakery, au frais. L’endroit est climatisé, c’est agréable. Nous partageons une tarte au citron et buvons un café. C’est une boulangerie avec un côté salon de thé. Dommage que le personnel soit peu avenant, c’est l’endroit rêvé pour un petit déjeuner. Les croissants et pains au chocolat ont l’air croustillant et j’ai apprécié le café. C’est ouvert du lundi au samedi. (tél.: 076 355 947).

14h. Il nous faut remercier Céline pour cette découverte hypercalorique de son Phuket Town. Le quartier est riche de bonnes adresses. Nous avons pris énormément de plaisir à goûter toutes ces différentes choses avec elle.
Partez sur les traces de Céline, bonne ballade et belles découvertes garanties à la clef!

Texte: Georges Eric Legoss - Photos: Laëtitia Botrel

20-06-2013

 

Thaïlande Thaïlandais Thaïlandaise Thaï Thaïe Thaïlandaises thaïlandaise thaïlandaises thaïlandais Thaïs Thaïes thaï thaïs thaïe thaïes Phuket Phuket-ville Phuket-City City Yaowarat Thalang Dibuk Road road restaurant café cantine information informations

[83 autres articles dans la rubrique Articles]      [2 autres articles sur le theme Bons Plans]      [8 autres articles dans le secteur Phuket City]

réaction aux articles du siamois

Archives

A VENDRE MEMBERSHIP BLUE CANYON COUNTRY CLUB: ref 091401

A VENDRE MEMBERSHIP BLUE CANYON COUNTRY CLUB 980 000 bahts (frais de transfers inclus). S'adresser par mail à dadou.grospiron@icloud.

[Lire la suite]05-09-2014

Les bons plans de Régis

Les bons plans de Régis Pendant 5 ans, propriétaire branché et volubile du French Hype Bazaar, le magasin de mode de Phuket-Ville, Régis Roué nous offre aujourd'hui le tour de la capitale de l'île Régis a donné rendez-vous à l’équipe du Paris Phuket, à 8h30 au bureau de l’Immigration, passage obligé pour les résidents ou pour les vacanciers qui prolongent leur séjour.

[Lire la suite]20-06-2013