Article Aucun Le Siamois, Canard de Phuket, journal francophone de Thailande Le Siamois

Le Siamois, Canard de Phuket: informations en français pour les Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui aiment Phuket, la Thaïlande et la culture asiatique en général.

Vous y trouverez des informations en français sur l'ambiance de Phuket, sur la mentalité des francophones qui y vivent, sur les manifestations culturelles, les bons plans, les expériences personnelles des Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui ont tenté l'aventure de Phuket.

Le Siamois, Canard de Phuket, est ouvert à tous ceux et toutes celles qui ont une expérience à partager: touriste, expatrié, coureur d'aventures, pilier de comptoir, femme d'affaire, planteur, plongeur et j'en oublie: tous ces récits, positifs ou non, contribueront à vous donner une idée de la manière dont la vie suit son cours par ici.

Que vous vous intéressiez plus particulièrement à une zone de Phuket - Patong, Kata, Karon, Chalong, Rawai, Nai Harn, Thalang, Cherng Talay, Kamala, Surin, Bang Tao, Nay Yang, Kalim, Ao Makham ou Phuket City - des informations sur ces communautés sont évoquées au fil des différents articles qui nous parviennent: vie de tous les jours, marchés, plongée, femmes, aventures, affaires, bons plans, adresses utiles, carte de l'île, liens vers d'autres sites, restaurants, hôtels, bars, Immigration, Police, Consulats et Ambassades, petites annonces, fêtes, histoire, courrier des lecteurs... Ces différentes rubriques vous offrent les informations en français qui vous permettront peut-être de bien débuter votre nouvelle vie ou préparer vos prochaines vacances dans le paradis tropical de Phuket, bercé par les vagues de la Mer d'Andaman.

Trop peu d'informations en français sur Phuket figurent sur le web. C'est la raison pour laquelle Le Siamois, Canard de Phuket, est né. Dès lors, si vous avez des questions à poser, n'hésitez pas à nous contacter.

P.v.K.

Histoire

Patong '90: la métamorphose

Patong Les années '90 furent révolutionnaires dans le sens où Patong devint petit à petit autonome face à Kathu dont elle dépendait jusqu'alors. La Mairie de Patong vit le jour en 1991, dont le premier Maire, Khun Pian Keesin, est toujours en fonction aujourd'hui malgré quelques revers électoraux qui l'ont vu parfois écarté brièvement du pouvoir direct.

Lorsque Patong devint une entité autonome, K. Pian s'est attaqué à une adaptation graduelle au monde moderne du petit village de pêcheurs des années '80: bétonnage des routes; création d'une station d'épuration des eaux, suffisante pour les besoins de l'époque; un service d'éboueurs pour que ses concitoyens ne brûlent plus leurs ordures dans leur arrière-cour; et une première tentative de tout-à-l'égout.
Il instaura également un nettoyage des rues chaque matin et fonda la première caserne de pompiers après que le marché de Patong ait brûlé en 1993 et que les pompiers de Kathu aient mis trop de temps à arriver sur les lieux du sinistre..

Entretemps le prix des terrains a commencé à grimper et certaines parcelles du bord de mer affichent déjà un prix de vente de 5 millions de Bahts le raï, contre 3 millions le raï un peu plus loin à l'intérieur des terres. Les grands hôtels se construisent de plus en plus: Patong décolle.

Certains bars ont senti le vent tourner: le Rock Hard a Gogo ouvre ses portes dans Bangla en 1990; la même année une discothèque démarre, qui propulsera la Søøï Bangla: le Crocodile qui nommera bientôt la Søøï du même nom. Robert, son patron allemand, disparaîtra du jour au lendemain dans des circonstances mystérieuses. Depuis, le Crocodile n'a jamais retrouvé son succès d'antan et la Søøï Crocodile est devenue la Søøï Kathoey.

La même année, le Sea Dragon dont les bungalows à 100 Bahts/jour étaient les favoris des passionnés de Patong, abat ses structures et construit des bars intégrés dans la Søøï qui porte désormais son nom.



Au début des années '90, une autre donne intervient dans le jeu de la nuit: les bâtiments des marines de guerre américaine, française et autres, commencent à jeter l'ancre dans la petite baie des pêcheurs. Mais comment rassasier tous ces soldats fatigués de tant de combats, de tant de journées de navigation, avec les quelques filles disponibles sur place?
La solution se trouvera d'elle-même: le bouche-à-oreille suffira.

La Søøï Eric se crée en 1993: elle paticipe à l'établissement de la Søøï Bangla comme haut lieu de divertissements nocturnes de l'île.

Patong commence également à être relié au monde extérieur: si la route menant à Kamala reste à l'époque la plus mortelle de l'île, celle de Karon promet d'être celle offrant les meilleurs bains de boue. Le tronçon bétonné avance peu à peu: en 1987 il atteint le Méridien mais il faudra attendre 1991 pour qu'il rejoigne le rond-point de Karon.

1995 voit soudain Patong envahie d'un flot de tuk-tuks. Au début de la décénie, on arrivait avec un peu de chance à en trouver un pour aller quelque part. Cinq ans plus tard, le système est bien en place et c'est toujours le cas de nos jours.

Quand la discothèque Shark ouvre ses portes en 1997, Patong a déjà sa place bien établie sur la scène mondiale de la vie nocturne. Pourtant le marché n'y a toujours lieu que deux après-midi par semaine: le mardi et le samedi au bout de la Søøï Sawadirak. Les autres jours de la semaine, les restaurateurs se retrouvent au marché de Phuket-Ville à quatre heures du matin, lorsque les pick ups des maraîchers arrivent du continent et que les pêcheurs ramènent leurs prises de la nuit ou de la veille.

En 1999, on inaugure le commissariat de police. Patong est devenue une entité à part.


Un grand merci à Monsieur Francis COSSEDDU qui a accepté de partager ses photos et ses souvenirs.

P.v.K.

19-06-2013

 

Phuket Patong bars Soi Eric Sea Dragon Bangla Kathoey Crocodile

[83 autres articles dans la rubrique Articles]      [5 autres articles sur le theme Histoire]      [8 autres articles dans le secteur Patong]

réaction aux articles du siamois

Archives

Jean Boulbet: la Saint Valentin du 14 février 2007

Jean Boulbet: la Saint Valentin du 14 février 2007 Jean Boulbet, alias Tabé, alias Dam Böt, a donc été incinéré le 14 février 2007 au temple de Patong. Les quelques Farangs présent étaient noyés dans la foule des Thaïs venus dire au revoir à celui qui avait consacré sa vie à l'Asie tout en diffusant autour de lui une image positive de la France.

[Lire la suite]19-06-2013

Patong dans les années '80

Patong dans les années En 1981, Patong est un petit village de pêcheurs, dispersé dans une vaste palmeraie. On n'y trouve aucune attraction autre que la beauté naturelle du paysage et une longue plage où des jeunes filles en sarong viennent sagement se baigner lorsque le soleil se couche.

[Lire la suite]19-06-2013

Jean Boulbet: retour au Cambodge

Jean Boulbet: retour au Cambodge "Après la cérémonie au temple où il y avait bien plus de Thaïs que de Farangs, nous avons récupéré les cendres de Boulbet", me raconte Francis Cosseddu. "Alors, on les a partagées en trois parties. La première a été emmenée par son cousin pour qu'elles soient déposées dans son village natal de Sainte-Colombe-sur-l'Hers, dans l'Aude.

[Lire la suite]17-06-2013

Jean Boulbet: un homme, une vie

Jean Boulbet: un homme, une vie S'il n'est pas toujours simple d'écrire à propos d'un proche, rédiger un texte à la mémoire d'un inconnu est encore plus difficile. C'est pourtant ce que je vais essayer de faire aujourd'hui, à la demande de Francis Cosseddu qui veut ainsi rendre hommage à Jean Boulbet pour marquer le cinquième anniversaire de sa crémation au temple de Patong.

[Lire la suite]17-06-2013

D'hier à demain

D Après deux entretiens consacrés au Patong des années '80 et '90, Francis Cosseddu se livre maintenant à des réflexions plus personnelles sur l'évolution et l'avenir de sa ville d'adoption. "Ce qu'il faut savoir, c'est que la loi thaïlandaise sur les heures de fermeture des bars est calquée sur des règlements de police anglais remontant à la Reine Victoria.

[Lire la suite]17-06-2013