Article Aucun Le Siamois, Canard de Phuket, journal francophone de Thailande Le Siamois

Le Siamois, Canard de Phuket: informations en français pour les Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui aiment Phuket, la Thaïlande et la culture asiatique en général.

Vous y trouverez des informations en français sur l'ambiance de Phuket, sur la mentalité des francophones qui y vivent, sur les manifestations culturelles, les bons plans, les expériences personnelles des Français, Belges, Suisses, Québecois et autres francophones qui ont tenté l'aventure de Phuket.

Le Siamois, Canard de Phuket, est ouvert à tous ceux et toutes celles qui ont une expérience à partager: touriste, expatrié, coureur d'aventures, pilier de comptoir, femme d'affaire, planteur, plongeur et j'en oublie: tous ces récits, positifs ou non, contribueront à vous donner une idée de la manière dont la vie suit son cours par ici.

Que vous vous intéressiez plus particulièrement à une zone de Phuket - Patong, Kata, Karon, Chalong, Rawai, Nai Harn, Thalang, Cherng Talay, Kamala, Surin, Bang Tao, Nay Yang, Kalim, Ao Makham ou Phuket City - des informations sur ces communautés sont évoquées au fil des différents articles qui nous parviennent: vie de tous les jours, marchés, plongée, femmes, aventures, affaires, bons plans, adresses utiles, carte de l'île, liens vers d'autres sites, restaurants, hôtels, bars, Immigration, Police, Consulats et Ambassades, petites annonces, fêtes, histoire, courrier des lecteurs... Ces différentes rubriques vous offrent les informations en français qui vous permettront peut-être de bien débuter votre nouvelle vie ou préparer vos prochaines vacances dans le paradis tropical de Phuket, bercé par les vagues de la Mer d'Andaman.

Trop peu d'informations en français sur Phuket figurent sur le web. C'est la raison pour laquelle Le Siamois, Canard de Phuket, est né. Dès lors, si vous avez des questions à poser, n'hésitez pas à nous contacter.

P.v.K.

Gastronomie

Un coin de Suisse tropicale

Un coin de Suisse tropicale Depuis 17 ans que Peter Berger vit à Phuket, il a toujours conservé un petit bout de Suisse auprès de lui. Tous les francophones l'appellent Pierre.

Je l'ai connu dans son premier restaurant, le Coconut Garden, qu'il a tenu à Kata pendant près de neuf ans. La salle était tapissée de vues des Alpes, de lacs, de quartiers fleuris aux architectures typiquement suisses: des puzzles que Pierre assemblait patiemment avant de les accrocher aux murs de son établissement.

Lorsqu'il a quitté Kata pour venir s'installer à Rawaï, il n'est donc pas étonnant que Pierre ait baptisé son nouveau restaurant The Pastime, le passe-temps. Son logo: un puzzle unissant la mer, la montagne et un lac sur fond de croix suisse, entouré des couleurs du drapeau thaïlandais. Doublement bien nommé, The Pastime combine les deux passions de Pierre: les puzzles et la cuisine.

Le décor tout simple de sa terrasse couverte me fait penser à une cabane tropicale telle qu'elle aurait pu être montée par un architecte suisse habitué à construire des chalets de montagne. Les puzzles, les invitations à la choucroute (le dernier mercredi de chaque mois) et les banderolles supportant l'équipe nationale suisse de football, rappellent que l'Helvétie est bien présente à l'autre bout du monde. D'ailleurs, le fond sonore baignant le restaurant n'est autre que la Radio Suisse Romande. Le contraste est amusant lorsque, mangeant une salade de cervelas par 30 degrés à l'ombre en plein midi, j'entends en direct la radio annonçant les kilomètres de bouchons provoqués par la dernière tempête de neige à l'entrée de Fribourg au petit matin.

Cela fait maintenant 8 ans que The Pastime fait le bonheur des résidents du sud de l'île, sans oublier les touristes qui avaient connu Pierre à Kata et l'ont suivi à Rawaï. Chez lui, on entend parler un français aux différents accents (selon les cantons suisses, les provinces belges et les départements français), l'allemand, le swissdeutsch, l'anglais, le thaï et les langues scandinaves tant il est vrai que les amateurs de bonne chère ne connaissent pas de frontières.
Comme tous les Suisses, Pierre est méticuleux: ses plats sont copieux, succulents et d'un prix tout à fait abordable. Sa viande de boeuf, par exemple, est australienne et arrive fraîche à Phuket sans avoir connu le congélateur. La différence de goût est évidente, que le choix de l'affamé se porte sur un steak ou sur une fondue bourguignonne.

La carte est exclusivement européenne et principalement suisse. Outre les steaks, la fondue bourguignonne et la fondue Bacchus (où la viande cuit dans un bouillon à base de vin rouge), on y trouve aussi des émincés et filets de porc, une excellente assiette de charcuteries, des croûtes aux champignons ou au fromage et bien d'autres choses encore.

Je ne vais au Pastime que quand j'ai vraiment faim et j'y commande toujours la même chose: une salade de cervelas et fromage, accompagnée par un roesti aux lardons et un oeuf au plat. Ca vous cale son homme! Il faudrait quand même que j'y retourne pour savourer la choucroute que Pierre fait mijoter le dernier mercredi de chaque mois. Vous me direz peut-être qu'il fait bien trop chaud pour déguster une choucroute. Cependant, s'il fallait attendre qu'il fasse froid pour me faire plaisir, je n'en mangerais jamais. Or j'aime ça, surtout quand c'est Maître Pierre qui la prépare.

P.v.K.

17-06-2013

 

Thaïlande Phuket Kata Rawaï Suisse cuisine suisse plats steaks viande Australie steaks fondue bourguignonne Bacchus salade cervelas roesti Pastime charcuterie fromage champignons choucroute puzzles puzzle

[83 autres articles dans la rubrique Articles]      [6 autres articles sur le theme Gastronomie]      [10 autres articles dans le secteur Rawai]

réaction aux articles du siamois

Archives

Yohoho... et une bouteille de rhum!

Yohoho... et une bouteille de rhum! Un verre de 'Ti Punch à la main, je ferme les yeux pour permettre aux saveurs de faire remonter des images du passé: une case sur la plage de Marigot, à Saint-Martin, devant laquelle de jolies créoles ondulaient en lançant des sourires. Le goût est là, les souvenirs sont intenses mais, même si le soleil brille et que la brise de mer souffle dans les palmiers, je ne suis plus aux Antilles.

[Lire la suite]23-06-2013

Le fruit défendu

Le fruit défendu Ma première rencontre avec le durian a eu lieu il y a presque un quart de siècle à Aberdeen, dans la banlieue d'Hong Kong. Je m'en souviens encore. Un bâtiment de 3 étages en béton lépreux abritait un marché local. C'était mon premier passage en Asie et mon premier marché asiatique: il ne fallait pas que je rate ça.

[Lire la suite]23-06-2013

Coup de coeur pour “Le Celtique

Coup de coeur pour “Le Celtique Depuis dix ans, je me régale des plats préparés par Bertrand et son équipe: du jarret de porc à la délicieuse salade landaise en passant par les crêpes à la farine de sarrasin. Mmmmmmiam! Chaque fois que je suis à Phuket, rendre visite à Bertrand et Lek est un plaisir incontournable pour moi, surtout depuis leur installation loin du brouhaha de Kata.

[Lire la suite]17-06-2013

Un whisky glace et des vers bambous, s’il vous plaît

Un whisky glace et des vers bambous, s’il vous plaît Dans les pays occidentaux, la clientèle des bars grignote des bretzels et des cacahuètes pour accompagner ses verres de bière. En Thaïlande, ce sont les grillons, les vers bambous et autres insectes que l’on trouve à la place.

[Lire la suite]17-06-2013

Renaître grâce à la cuisine

Renaître grâce à la cuisine Cela faisait des années que je n'avais plus vu Daing. Peu après le décès de son mari, René Leduc, elle a fermé La Mousson, le meilleur restaurant français de l'île, qu'ils avaient tenu ensemble pendant 10 ans. Quand j'ai appris qu'elle avait repris le tablier et ouvert une nouvelle Mousson, je suis passé lui dire bonjour.

[Lire la suite]17-06-2013

Coup de gueule contre les restos farangs ratés

Coup de gueule contre les restos farangs ratés Bon sang, lorsque je décide de manger farang, c’est à dire de la cuisine occidentale, ce n’est pas pour me taper du fast food ou autre malbouffe rapide faite d’aliments “préconditionnés”, si pas “prémâchés”, et de légumes en boîte. Je dois dire que ces restaurants fleurissent un peu partout et qu’ils sont heureusement assez faciles à reconnaître.

[Lire la suite]06-06-2013